Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 Jan

Patrick Besson : la bobo-attitude à la mexicaine...

Publié par Gracianne

besson

Cela fait plusieurs fois que je ronge mon frein en lisant les éditos assez méprisants de monsieur Besson sur le Mexique dans le journal Le Point. Au début, je m'agaçais en silence, mais loin de m'apporter le détachement nécessaire, cette attitude a fini par me contrarier définitivement. Certains lecteurs de ce blog m'avaient demandé une réaction sur les écrits de Patrick Besson mais je m'y étais jusque-là refusée, car je considérais n'être rien ni personne pour me le permettre. Maintenant, tant pis, je me lance...

Pour ceux qui n'auraient pas eu la malchance de tomber sur l'un de ces éditos toujours bien écrits, mais mal pensés, vous résumer Besson, c'est parler d'une "bobo-attitude à la mexicaine". Par exemple, dans "Un squelette au Mexique", il nous parle du restaurant La Guardia de l'hacienda Puerta Campeche (hacienda où la moindre chambre coûte 315 dollars américains la nuit, soit trois fois le salaire moyen d'un mexicain)... où le moindre plat coûte entre 40 et 120 dollars américains, no comment ! Voilà donc celui qui est autorisé à donner son avis sur le Mexique, chaque semaine ou presque, cautionné dans ses avis, légitime à s'exprimer comme comprenant parfaitement un pays dont ses éditoriaux montrent qu'il ne saisit pourtant rien de l'authenticité et de la vérité.

Toujours dans le même édito "Un squelette au Mexique" (vous comprendrez que c'est celui qui a provoqué mon ire définitive), monsieur Besson dit : "J'aime les édifices religieux construits au Mexique par les prêtres conquistadors." Soit. Mais à quel prix, monsieur Besson ? C'est là que nous n'avons pas la même vision du pays. Moi, à chaque fois que je note la beauté de ces édifices, certes incontestable, je me demande aussitôt à quel prix cette beauté s'est installée... Au prix du sacrifice des coutumes ancestrales et autrement plus civilisées que celles des "conquistadors", au prix d'indigènes torturés, dépréciés, relégués à la pauvreté éternelle, au racisme de leurs pairs, les mêmes qui se sont "mixtifiés" au contact des blancs ? La beauté de ces édifices, c'est le prix de la honte ! Et ces haciendas dans lesquelles vous vous vautrez, monsieur Besson, sont l'image de l'exploitation des indigènes au quotidien, essayez de ne pas l'oublier en vous vautrant dans les draps blancs, soigneusement lavés par des mexicaines résignées. La seule réalité mexicaine que vous côtoyez dans ces endroits-là, monsieur Besson, c'est celle des femmes de ménage et des jardiniers, qui vivent parqués dans des "chozas" sommaires, que leur salaire permet difficilement de payer chaque mois. Faites-vous inviter, une fois, rien qu'une fois, monsieur Besson et nous en reparlerons... Certes, vous ne mangerez pas un "filet de boeuf parfait" cuisiné par un "Chef" de 22 ans. Certes... Mais la prochaine fois, avec un peu de chance, vous écrirez enfin un "billet" un peu plus "vrai", et un peu moins surfait...

Une dernière chose : lorsque vous évoquez le mépris de la mort par les Mexicains, ne vous creusez pas pour trouver des formules intelligentes, il suffit de citer Octavio Paz, son talent ne sera jamais égalé, et vous ferez moins cuistre : "Le mexicain, au contraire, la fréquente, se moque d'elle, la caresse, dort avec elle, fait la fête avec elle, c'est un de ses jouets favoris et sa passion la plus permanente..." Vous voyez, j'aime quand Le Clézio parle du Mexique, j'aime quand Octavio Paz ou Carlos Fuentes parlent du Mexique, mais j'ai des frissons d'angoisse chaque fois que vous osez en parler. Et jusqu'à maintenant, cette angoisse n'a jamais été dissipée par vos propos, au contraire accentuée...

Voyons voir, vous ne voulez pas désormais vous spécialiser en "reproduction des fourmis en Tanzanie" ? Oui, je sais, pauvres Tanzaniens, et pauvres fourmis !

Commenter cet article

Stéphane ARNAUD 17/01/2013 19:27

Bravo Gracianne pour ton article brillant. Concernant Patrick Besson, j'ai tellement de mépris pour lui et depuis longtemps que le fait qu'il vomisse sur le Mexique me réjouis quelque part.Le
contraire m'aurais dérouté!

Gracianne 17/01/2013 19:50



Ah c'est bien vu, ça ! Rires... Merci Stéphane...



Christine 16/01/2013 09:01

Ah ! Je retrouve là "la" Gracianne du temps béni de Critic@.. !
Que rajouter sans faire de la redite, sinon vous soutenir à 1000% toi et Domi, dont les regards aiguisés nous plongent sans mensonge dans "LE" Mexique !

(ps : Besson ? bobo-attitude ou ersatz de colon qui s'ignore... ?)
(encore ps : si si, il faut qu'il aille en Tanzanie, les fourmis n'en feront qu'une bouchée !!!!)

Gracianne 16/01/2013 09:40



merci pour le fou-rire matinal chère Christine. Et si vous retrouvez là la Gracianne de Critic@, je retrouve bien là la lectrice toujours enthousiaste, et toujours positive et joyeuse que j'ai eu
la chance de connaître... MERCI



arnaud emmanuel 16/01/2013 04:56

Bonjour billet reflète sans doute (et je ne suis pas qualifié pour avoir un avis..avisé) une image plus réelle de la vie au Mexique mais aussi parcellaire car un peu "tristounette" à mon gout. Le
Mexique c'est aussi des gens heureux qui vivent avec moins d'artifices que subliment les "Bobos" chers au triste M B. C'est aussi la fête, l'amour de son pays par ses natifs, une culture à
découvrir éternellement, une géographie étonnante et (cette fois sans nul doute), le bonheur de bien des expatriés...

Gracianne 16/01/2013 07:50



Ah mais je vous rejoins tout à fait aussi sur ce point. Ce qui m'exaspère, c'est justement que l'on limite le Mexique aux narcos, à la violence, aux haciendas de luxe yucatèques, et à une vision
déformée du pays. Et quand je parle d'indigènes à monsieur Besson, ce n'est pas du tout pour les stigmatiser, mais bien pour dire qu'ils font partie et souvent, très joyeusement, d'un pays qu'il
semble ignorer "sur le fond"... C'est bien pour cela que j'ai choisi, sciemment, d'être près d'eux. S'ils m'apportaient de la tristesse, je n'en tirerais pas les mêmes bonheurs (oups, je fais
dans la philosophie de comptoir, là, non ? rires). Et si je voulais véhiculer du pays une image "tristounette", ce blog n'existerait pas, où j'essaie toujours de mettre en avant des couleurs, des
odeurs, la joie et l'infinie mixité qui nous comble dans ce beau pays. En tout cas, merci de votre commentaire, aussi riche et heureux que les expériences de nombreux expats. Merci Arnaud !



Domi 15/01/2013 22:00

Merci pour ton commentaire, Stef

Domi 15/01/2013 21:59

c'est tellement spontané, Gracianne !

Gracianne 15/01/2013 23:13



merci Domi !



Archives

À propos

Une autre vision du Mexique...