Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Apr

Selva lacandona – Bonampak – 1ère partie

Publié par Gracianne  - Catégories :  #Carnets de voyage - créations

bonampak.jpg

Notre premier Lacandon en tenue, chargé de l’accueil des touristes, s’appelle Chambor (je ne vais pas tarder à me rendre compte qu’ils sont nombreux à porter ce prénom). Il se propose d’être notre guide et nous acceptons. Surtout pour « laisser » un peu d’argent à la communauté dont nous savons qu’elle en a bien besoin.

lacandon

Le contact avec lui est excellent. Je joue un moment avec son fils (environ dix ans, les cheveux longs, la tunique longue blanche, on dirait une fille, rires, mais il est très beau) à cache-cache. Leur langue, un Maya très ancien, est hachée, mais à la fois très belle. J’adorerais l’apprendre. Ils utilisent leur idiome entre eux, mais parlent tous (enfants et adultes) un espagnol impeccable. Nous y reviendrons plus tard, car cela fait partie de l’uniformisation qui leur est imposée et les tue à petit feu. Chambor nous apprend d’abord les rudiments de la vie quotidienne des Lacandons autrefois, et leurs légendes. En regardant un « mural », il nous explique qu’autrefois, il se disait que l’aigle royal kidnappait les bébés pour nourrir sa propre nichée, et que les Lacandons ont inventé la canasta (rotin tissé) en forme de cloche notamment, pour protéger leurs bébés. Ils croyaient aussi en un monstre de la Selva, très poilu, avec les pieds à l’envers, et sans visage. Si on tombait sur lui, la seule issue était de se dévêtir et de danser. Cela faisait tordre de rire le monstre et permettait à sa proie potentielle de s’enfuir.

 

Chambor nous montre aussi les rituels mortuaires de ses ancêtres, et comment on enterrait les sages dans leur hamac, mains croisées, genoux repliés.

 

Certaines traditions ont perduré. Aujourd’hui encore, les femmes sont chargées de l’artisanat tandis que les hommes chassent et cultivent (notamment le maïs, le frijol et la mispa).

Sur le chemin à la pyramide, Chambor nous raconte que Bonampak était une cité d’érudits (astronomes, architectes, écrivains, peintres) et qu’ici étaient formés les futurs gouvernants du pays. Des liens étroits autant que commerciaux les unissaient aux caciques de Teotihuacan. Les érudits de Bonampak furent appelés à Cuernavaca et partirent à pied ( !!!!). Au retour, leur guide se trompa et ils arrivèrent par erreur à Puebla, où le peintre leur montra les techniques de reproduction utilisées là-bas (d’où la similitude des peintures retrouvées à Puebla et Bonampak). Les Lacandons furent une civilisation très avancée pendant plusieurs siècles. Chambor nous explique que sa fin, en dehors des théories fumeuses sur les extra-terrestres, serait due au manque d’eau, nécessaire notamment pour les constructions, mais surtout à la rébellion du peuple devant le nombre croissant de sacrifices exigés par les sages pour contenter les dieux de la nature. Chambor conclue dans un sourire : « toute l’élite a disparu et nous croyons qu’elle s’est réincarnée dans les animaux, jaguar, singe-araignée, aigle royal), tandis que nous descendons du petit peuple vainqueur. » Il revient aussi sur le calendrier Maya et le fait que nous en serions au « quinta sol » (5ème soleil), et sur l’histoire du 21 décembre 2012. Il n’est pas question de « fin du monde », assure-t-il, mais de changement profond surtout en raison des troubles climatiques que nous provoquons.

 

Parvenus à la pyramide, il nous détaille tous les dessins. Ayant été réalisés, il y a 1300 ans, ils souffrent du temps et sont altérés, donc l’explication se fait dehors, et à la fin, nous entrons quelques instants admirer les originaux. Au retour, je demande à Chambor comment il a assimilé autant de choses sur son peuple. Il répond en souriant : « en étudiant ». En fait, il est parti pendant quatre ans (faire le vigile) et est revenu en 2007. A la même époque, un chercheur de Cuernavaca est venu – gratuitement – chez les Lacandons et leur a enseigné tout ce qu’ils devaient savoir sur leurs origines et l’histoire de Bonampak et Yaxchilán. Les Lacandons ont donc fait une demande d’accréditation pour être guides officiels auprès du gouvernement. L’accord a tardé ( !!!) mais depuis février 2010, ils sont guides officiels. Même si les insignes ne sont toujours pas arrivés ( !!!)…

 

Nous papotons beaucoup avec lui. Il est charmant. Ce qui l’intéresse surtout, c’est de savoir quels animaux de la jungle nous avons croisé pendant nos voyages. Il déplore : « Tu le crois ? Depuis le temps que je vis ici, je n’ai jamais vu un jaguar en face. Les traces, oui, mais pas la bête, pff… » Il est vraiment dépité. Je considère, pour ma part, qu’il vaut peut-être mieux que la rencontre n’ait pas eu lieu ? En revanche, quand je lui parle des coatis, il s’emporte presque : « Surtout, ne prends jamais cet animal chez toi (euh, non, je n’en avais pas l’intention), c’est trop facétieux, ça vole toute la nourriture ». Merci du conseil. Nous parlons aussi de Traven. Il ne le connaît pas mais connaît son œuvre. Il a vu le film « La rebelion de los colgados ». Je lui parle du cycle de La Caoba. Il est tout ouie, et me donne son mail ( !!!) pour que je lui en dise plus. De retour au camp, je joue à nouveau avec son fils. Chambor nous invite à dormir chez lui, mais la perspective de manger du singe ne m’emballe pas. En revanche, je lui promets que nous reviendrons et qu’alors, oui, je dormirai chez lui (mais hors de question d’y aller sans acheter des présents de remerciement au préalable, et sans faire le plein de produits anti-moustiques).

 

Dans tout ça, pris par l’enthousiasme de cette découverte, nous en avons oublié de « déjeuner ». Il est 17 heures, et un petit-gros creux fait grimacer l’estomac. J’ai repéré sur le bord de la route un « jacal » sympa, à San Javier, le restaurant « La selva ». Nous l’ignorons encore, mais un grand moment nous y attend.

Commenter cet article

Christine 30/04/2012 19:04

Dramatiquement récurrent....

Allez, j'attends la suite...
Merci de nous transmettre ainsi tes ressentis.

Gracianne 30/04/2012 19:07



Merci à vous tous qui prenez la peine de me lire ;-)



Christine 30/04/2012 18:47

Fabuleuse rencontre !
Mais j'ai du mal à comprendre pourquoi ils ont eu besoin d'un intervenant extérieur pour qu'ils "réapprennent" leur histoire ? La transmission de leurs connaissances a t'elle été empêchée par les
conquêtes espagnoles ?

Gracianne 30/04/2012 18:50



Tout à fait, Christine ! Ils sont maintenus dans une "survie" et des conditions d'isolement totales, et ils avaient besoin d'un "bienfaiteur" extérieur pour leur apprendre aussi à raconter leur
histoire. Cet homme leur a redonné un orgueil, leur a permis de se réapproprier leur histoire. Mais les Lacandons sont en danger, en vrai danger. Aujourd'hui, ils n'ont plus le choix : ou ils se
plient à la culture mexicaine, et leurs enfants sont scolarisés, ou ils conservent leurs traditions. C'est l'un OU l'autre. Pas l'un ET l'autre. Connerie ! (pardon). On en reparle justement dans
la 2ème partie...



Dominique 30/04/2012 18:45

Pardon du doublon, mais le compliment est mérité

Gracianne 30/04/2012 18:46



rires, je prends, je prends, en triple, en quadruple, ça fait du bien. Merci



Dominique Arnaud 30/04/2012 18:44

J'aime le respect palpable ici des gens du pays et de leur culture qui mérite d'être préservée. Bravo aussi pour la qualité du dessin et des photos

Gracianne 30/04/2012 18:46



Pour le dessin, il faudra repasser, rires... Je ne suis pas "très équipée" en général, mais promis dans l'avenir, j'essaierai de m'améliorer ;-)



Dominique Arnaud 30/04/2012 18:40

J'aime le respect palpable ici des gens et de la culture du pays, attitude exemplaire !

Gracianne 30/04/2012 18:43



Oh merci, Dominique, c'est le plus beau des compliments que je puisse recevoir. MERCI !



Archives

À propos

Une autre vision du Mexique...