Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Sep

Yucatán, tierra maya : le Grand Sunset Princess à Playa del Carmen

Publié par Gracianne  - Catégories :  #Carnets de voyage - créations

Yucatan13-007.JPG

Nuit 1

Grand Sunset Princess

Playa del Carmen - Quintana Roo -

5 étoiles

www.princess-hotels.com 

 

Seulement voilà, à 11 heures du soir, au Yucatán, trouver un hôtel sans avoir réservé, c'est un peu comme demander à Edouard Balladur ce que ça fait de se choper une maladie vénérienne ! Dans les réceptions (j'ai quand même "aperçu" des trucs MAGNIFIQUES, faux mais magnifiques, genre Haciendas royales, tout ça), on vous regarde comme la dernière des demeurées (ils l'aiment pas, mon jean à franges avec des dessins mexicains dessus ?), et on vous rétorque un peu pincés, que "c'est un hôtel très privé, qu'il faut absolument avoir une carte d'adhérent, tout ça"... Vous croisez une starlette blonde qui agite les bras et demande à son sous-fifre, garde du corps, souffre-douleur, porte-malettes, bonne, talkie-walkie en main, si "John est à la playa"...  Bon allez, marre de prendre la honte partout. Désormais c'est un DERNIER hôtel et si ça ne marche pas, dodo dans la voiture Playmobil ! Le type de l'entrée, dans sa guérite, s'approche gentiment. Visiblement ravi d'entendre parler SA langue, mais un coup de fil à la direction et le cas est réglé : "pas de réservation, pas d'accès à l'hôtel". Même la Playmobil en prend un coup au moteur qui surchauffe déjà. Harassée, la pile DURA-ZEN est à court de batterie. Et dire qu'il va falloir dormir dans cette {#[##\|\\^^@^[|#~ de voiture !

 

Le Mexicain surexploité qui fait office de vigile (les cendres de B. Traven doivent virevolter dans leur fleuve chiapanèque !) est peiné. Alors que s'amorce le demi-tour délicat de la Playmobil, il se jette vers le véhicule cabossé : "attendez, je vais appeler le gérant, voir s'il n'y a pas une chambre disponible, attendez..." Je l'embrasserais ! Dix minutes d'attente et il revient avec la tête de l'archéologue qui a déchiffré le code maya. Heu-reux. Allez-y, tout au fond, ils vous attendent. C'est un LABYRINTHE ! Enfin, réception, entrée, un mec charmant qui apporte aussitôt des serviettes humides rafraîchissantes (je fais si peur que ça ?), photocopie du passeport, carte bleue, remplissage questionnaire, et remise des cartes... l'une à échanger à la piscine contre un drap de bain. L'autre pour ouvrir la porte de la chambre (standard, señora ? siiiiiii... Bueno, 200 dólares). Rhoo ça va, pour un palace pareil, quelque 150 euros la nuit, c'est correct, d'autant que c'est "all included" - nous y reviendrons -). Por persona. QUOI ????? Oh my God, je veux retrouver ma jungle perdue, la côte pacifique, les restos à sept euros mezcal compris... Bon y a pas, c'est ça ou dormir dans la Playmobil. Sûr que mon banquier et mon comptable vont comprendre (pourvu qu'ils lisent ce blog, ça aiderait !)... Mon nouveau copain de l'endroit me remet un plan de l'hôtel et encercle le numéro de la chambre. En fait, c'est là que je mesure où je suis pour de bon. 21 bars et restaurants, autant de piscines, des cours de TOUT, quand je dis de tout, c'est de tout, y compris de "pétanc"... Ce palace est une ville à lui seul.

DSCN0616

Vient le moment où le type m'accroche un bracelet de maternité autour du poignet. ???!!! Ils ont peur de me perdre ? J'ai pris du "bidon" et ils craignent que j'accouche sur place ? Non, c'est pour garantir le "all included" ! Avec ça, accès à tout en illimité. Je comprends mieux le prix exorbitant... Tu bouffes, tu bois, tu danses en boîte, tu fais toutes les activités gratos. Sauf que... si tu veux te connecter au Wi-fi par exemple, tu dois dégainer ta carte bleue... All included "ou presque" qu'ils devraient dire.

DSCN0622 DSCN0621

Deux heures à grimper des escaliers, faire demi-tour, héler les serveurs, aller par ici, non par là, plutôt ici, après 24 heures de voyage, comment dire ?... Vous hésitez entre la crise de nerfs version Lolotte dans Pékin Express, ou la résilience prônée par tout bon sociologue qui se respecte. J'envisage un instant, poussée par mon genou cassé qui en a marre de grimper des marches, de me coucher là, dans un couloir, à même le sol.

DSCN0614

Enfin, enfin, à deux heures du mat' (il est neuf heures chez vous !), vous trouvez la chambre 1254. OUFFFF ! Sauf que des gringos téquilés ou avinés - je ne sais pas comment on dit - gesticulent devant votre chambre, passablement excités. Ils n'arrivent pas à rentrer dans leur chambre qu'ils disent. Moi, rigolarde (voui, voui, je garde le sens de l'humour en toute circonstance), leur balance :

- Pienso que se equivocarón de habitación, esa es mía...

Le gringo :

- No, it's my room, but I don't understand, the key is not good.

Sa pouffe, imbibée autant d'acide hyaluronique que de tequila, hésite et je comprends (dire que j'ai eu une mention en anglais dans une autre vie !) qu'elle ne sait plus trop où est leur chambre. Allez, je dégaine ma clé, la porte - ô miracle - s'ouvre et je découvre une chambre où toutes les affaires desdits gringos sont entreposées (jetées sur le lit, par terre, serait plus exact). Mais pas de valise "mía". Un énième Mexicain surexploité assiste à la scène, défait... Je donne "my key" aux Gringos, ils ont encore plus besoin de dormir que moi, ce qui n'est pas peu dire... ("Tu t'es vu quand t'as bu ?") et on me conduit 4 chambres plus loin.

Yucatan13 005

Yucatan13 006Pas trop moche malgré tout, hormis que ça pourrait être n'importe où dans le monde...

Dix minutes plus tard, hourra, la valise réapparaît (c'eut été dommage de la perdre dans un hôtel alors qu'elle ne s'était même pas paumée entre San-Sébastian/Madrid/Miami/Cancún). Le type tire la tronche quand je ne lui donne pas de pourboire (hey, j'ai déjà donné 100 pesos à ton copain chargé précédemment de ne pas la perdre !) et me plante là, non sans avoir montré le fonctionnement le plus important de la chambre : pas la télé, pas la clim', pas le ventilo, mais bien, le coffre-fort !

 DSCN0615

Soyons parfaitement honnêtes, ce genre d'endroit est "monstrueusement fascinant". Beau car parfait (il faut toucher les palmiers pour s'assurer qu'ils sont vrais, et pas en plastique), d'un luxe absolu, piscines partout, îlots où déguster une boisson, SPA magnifique, salles de gym de folie, boutiques incroyables, restaurants à "s'obésifier" en cinq jours (all included ! cellulite, troubles cardio-vasculaires et diabète compris), statues mayas "reconstituées".

DSCN0613Pas d'objectif assez large, donc vous contenter du quart de la moitié du tiers du buffet...

 

C'est beau, mais c'est monstrueux. Que des Gringos, parqués ici comme dans les réserves qu'ils ont imposées aux Amérindiens. En plus "luxe". En fait, c'est peut être ça la "vraie vengeance de Moctezuma" ! Pas la diarrhée, mais ces paradis artificiels, loin, très très loin de toute vérité mexicaine. Un pays qu'il faut apprivoiser et dont ils ne toucheront jamais la moindre authenticité.

DSCN0620 DSCN0618

DSCN0619

Il est temps de partir voir si l'eau est plus belle ailleurs. Direction : La isla de Cozumel.

Pourvu que Playmobil démarre !

carteyucatan 001 

Commenter cet article

coco 19/11/2013 15:54

moi j'aime la nature et les animaux ,mais j avoue (je rougie) en voyage avec mon cheri j'aime les hotels comme ça ,rien a faire, pas d'enfants,buffets royal,juste moi etmon choupi en amoureux hihi.
Mais je vais allez aussi manger dans des petits endroits mexicains

Gracianne 24/11/2013 23:51



ah oui, tu as intérêt, lol !



Christine 15/09/2013 18:27

Ma tranche de rires garantis façon Gracianne !!!!
Merci, merci :-D

La suite, la suite la suite !!!!

Gracianne 16/09/2013 10:18



ça vient, ça vient, rires... merci Christine !



Mexicaddict 09/09/2013 11:31

Chère Gracianne,bravo et merci pour cette incursion véritablement sociologique en territoire gringuesque du all inclusive ! Super article, merci pour ton humour et pour me faire sentir moins seule
dans mon intégrisme du Mexique traditionnel ! A bientôt de te lire

Gracianne 09/09/2013 11:34



Merci à toi, et en effet, quel sacrifice j'ai dû consentir pour faire ce reportage "gringesque" qui rime avec grotesque !!!! Merci de ton soutien, ça fait du bien, rires ! Me faut au moins ça
pour me remettre de l'expérience !



Romain 09/09/2013 10:30

Ca consiste en quoi le tequila volley ?

Gracianne 09/09/2013 11:32



hips, alors une tequila, une passe, une tequila, un gadin, hips, une tequila... DODOOOOO !



Dominique A 09/09/2013 10:14

Excellent reportage, ça ne donne pas vraiment envie de tenter l'expérience, je préfère mon petit hôtel familial d'Ixtapa avec seulement deux piscines donnant sur la plage, et qui, malgré le
modernisme de la station, sait garder une dimension humaine si bien que les pies malignes et bavardes ne fuient pas le restaurant

Gracianne 09/09/2013 11:30



Heureusement, le meilleur est à venir, mais c'est vrai que là, ça donnait envie de fuir en courant...



Archives

À propos

Une autre vision du Mexique...