Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 Sep

Yucatán, tierra maya : ruines mayas de Tulum (1ère partie)

Publié par Gracianne  - Catégories :  #Carnets de voyage - créations

Yucatan13-094.JPG

DSCN0656

 

Jour 3

Ruines mayas de Tulum

 DSCN0670

Les seules ruines mayas donnant directement sur la mer, ça ne se loupe pas ! Perso, j'ai opté pour la version "culturelle" avec guide, et prise de photos depuis une "lancha", exprès pour vous rapporter des photos inédites. Et dans tout ça, j'ai trouvé un "boulot", puisque le guide, un peu impressionné que je connaisse aussi bien la culture maya, m'a demandé si je ne voulais pas être guide à Tulum pour les Français ! Rires... C'est vrai que, comme je passe mon temps à tout lire et tout étudier sur ce pays, je m'aperçois que je commence à m'y connaître un chouya... Mais franchement, en croisant le guide français que j'entendais expliquer aux touristes de l'hexagone : "notre présidente Peña Nieto, il est dé gauché, commé votré présidente Hhholland !", ça m'a un peu coupé la vocation... Dommage.

 DSCN0663

DSCN0667

Tulum n'est pas le nom d'origine. Cela signifie "cité fortifiée" en maya et ce nom est dû au méchant Fray Diego de Landa qui la découvrit en 1562 (je dis méchant, car c'est lui qui fit brûler tous les codex écrits en langue maya. Il n'en reste que 3 officiels au monde : celui de Dresde, celui de Madrid, celui de Paris. Mais il y a aussi le codex de Grolier, découvert au Chiapas en 1971 à peine, mais sujet à controverse puisque certains affirment qu'il s'agit d'un "faux", et enfin le codex Perez qui n'est pas un codex comme les autres, mais qui a tout autant de valeur, puisqu'il s'agirait d'un document primaire et fondateur. Enfin, puisqu'on aborde les rumeurs, certains jurent que le Vatican en possède un, soigneusement caché...)

 Yucatan13 055

Yucatan13 091

Donc Tulum s'appelait en fait "Zàma" (en maya, signifie "lugar del amanecer", lieu de l'aurore). Et pour cause, puisque ses fortifications s'élèvent au nord, au sud, à l'ouest, mais pas à l'est, où la mer des Caraïbes permet de voir s'élever le soleil. Protégée par le récif coralien (que nous avons déjà visité l'autre jour à Palancar, sur l'île de Cozumel), la cité maya était construite de telle façon qu'à son sommet, deux torches allumées la nuit dans deux de ses fenêtres, servaient de "phare" pour la navigation. Seul le passage dessiné par les torches évitait que l'on fasse naufrage.

Tant pis pour eux, les deux premiers espagnols à arriver là le firent de jour et se fracassèrent allégrement sur la barrière de corail ! Deux Espagnols qui allaient ensuite entrer dans l'histoire : Guillermo Guerrero (il épousa une native maya, lui fit des enfants - donc les premiers métis mexicains - et abandonna sa vie de "conquistador" pour embrasser la cause indigène), et un certain Jéronimo de Aguilar qui n'est plus à présenter aux passionnés de "conquista de la nueva España" puisque c'est lui qui servait de traducteur entre la Malinche et Hernàn Cortès. Donc ces deux hommes là découvrirent la cité maya...

 Yucatan13 078

Tombe d'un "sacerdote", le creux à gauche "sert" à emporter de la nourriture et les objets personnels du défunt pour le grand voyage.
Yucatan13 079
 Pierre coralienne fossilisée aussi appelée "el cerebro" parce qu'on dirait un cerveau...
Yucatan13 058

Le règne de Tulum ne dura que peu de temps finalement. Quelque 600 ans de gloire, de commerce maritime, d'échange fructueux et de hiérarchie très "marquée". Environ 570 "notables" vivaient à l'intérieur de l'enceinte fortifiée : astronomes, "sacerdotes", mathématiciens (n'oublions jamais que contrairement à l'idée reçue, ce sont bien les Mayas qui ont inventé le zéro - représenté par un oeil -ou un cénote, disent certains- dans les codex) et les écrivains. Petite parenthèse obligatoire ici : j'AIME les Mayas, qui respectaient les écrivains, et les traitaient fort bien, puisqu'ils pensaient qu'ils étaient des émissaires des dieux, chargés de retranscrire leurs messages... Quand je dis que je crois qu'il s'agissait d'une civilisation très avancée, je sais pourquoi ! Fermons la parenthèse...

 

À l'extérieur de la cité fortifiée, vivaient les 8.000 autres personnes, sur un territoire tout petit et très étroit, car cerné de "manglares", marécages. Il y avait là les guerriers, les commerçants, les paysans, et tout le "petit peuple".

 Yucatan13 054

À Tulum, il est interdit de monter les pyramides et vous ne les regarderez que de loin. Les iguanes ont pris possession des lieux, ainsi que des hordes de tours operators, de Gringos mal élevés, et de jeunes filles aussi dénudées que la photo ci-dessous permet de l'imaginer (Ici, à la boutique souvenirs mais déjà croisée habillée - ou déshabillée - pareil sur le site archéologique ! Tu vas voir, toi, quand je serai guide là-bas, si tu vas continuer à te balader à poil !).

DSCN0692.JPG

Mais une vraie magie irradie encore de tous ces vestiges. Ici, tout a été découvert, tandis qu'on pense qu'à Cobá - les ruines voisines ou presque -, il resterait encore 90% à découvrir. Les archéologues ne seront jamais chômeurs au Mexique, et surtout pas au Yucatán ou au Guatemala qui donne cette impression que sous chaque morceau de terre, se cache un vestige maya. L'actualité m'a d'ailleurs donné raison quelques jours plus tard où a été découverte une fresque maya parfaitement conservée au Nord du Guatemala.

L'une des plages est permise d'accès pour un petit bain après la visite, tandis que l'autre plage est réservée à la ponte des tortues.

 Yucatan13 086

Plus loin, largement en dehors de la cité, (et uniquement visible depuis la mer, d'où mon sacrifice pour vous rapporter la photo inédite), la demeure du chamán de l'époque qui avait besoin d'un lieu "solitaire" et chargé "de buena onda", ou d'énergie positive. Ouais, je sais, pas con le chamán ! Puisqu'on parle de lui, sachez qu'au départ, les Mayas ne pratiquaient pas le sacrifice humain. Ils se "contentaient" de se piercer les dents (arghhhh !), de se scarifier les bras (on n'a vraiment rien inventé), et de s'auto mutiler en signe de vaillance et de courage. Mais lorsque l'empire commença à disparaître, ravagé par les ouragans et dévoré par une nature implacable, ils y virent le signe de la colère des dieux et voulurent les contenter en leur offrant des "cadeaux". C'est en haut du château qu'avaient lieu les sacrifices. Soit on arrachait le coeur - une pratique beaucoup plus répandue chez les Aztèques -, soit on décapitait. Je ne sais pas vous, mais moi à choisir, je n'arrive toujours pas à trancher (sans mauvais jeu de mots) pour ce que j'aurais pris comme option, si option il y avait...

 Yucatan13 088 Douce photo pour atténuer la violence des propos ci-dessus. 

Suite au prochain épisode (de pures photos prises depuis la mer des ruines de Tulum, avec la "maison" du chamán)

carteyucatan 001 

Commenter cet article

coco 19/11/2013 15:32

alors la oui tu devrais etre guide d'ailleur moi je veut bien engager je signe tout de suite

Gracianne 24/11/2013 23:54



 j'espère que tu payes bien, LOLLLLLLLLLLLLL



Mathieu 07/10/2013 06:26

Qu'ils sont exceptionnels ces sites mayas ! J'ai eu l'occasion d'en visiter un au Guatemala, celui de Tikal et heureusement que les touristes furent en nombre raisonnable, ça aurait gâché cette
évasion en pleine nature. Il était même possible de grimper en haut des temples, plutôt impressionnant !

Gracianne 07/10/2013 08:28



Ah oui, Mathieu, bien d'accord avec toi. Tout cela est exceptionnel (à venir sur ce blog Uxmal et Chichén Itza), et Tikal, émergeant de la jungle, il me tarde d'y aller en reportage photo !



Christine 04/10/2013 10:25

J'aime LES MAYAS aussi !!!! Je comprends de mieux en mieux ton amour pour cette terre ;-) ... hum hum...

Gracianne 04/10/2013 13:47



oui, ils sont vraiment fascinants, et encore le meilleur reste à venir avec Chichen Itza, mais pour vous chers lecteurs, il faudra attendre le mois de mai pour cela... La patience, finalement,
est une vertu autant bouddhiste que maya, donc...



Domi 01/10/2013 09:59

les excès de texte-île : très fin amie Gracianne, mais je ne souhaite pas pour ton oeuvre l'île déserte, plutôt la diffusion inter-continentale !

Gracianne 01/10/2013 13:08



espérons que Grassalbinffont lisent tes commentaires, hihiihihi... Merci en tout cas...



Domi 01/10/2013 06:03

voilà qui donne envie d'y retourner : le style est enlevé et le propos riche de détails inédits: j'imagine bien Gracianne reconvertie en guide mais pourquoi réprimer les bikinis ? Par excès de
textile ?

Gracianne 01/10/2013 07:31



Les excès de texte-ile, les écrivains, ça nous connaît, pourtant !



Archives

À propos

Une autre vision du Mexique...